Une transition écologique familiale

Mon histoire

La réflexion sur ma responsabilité écologique est venue me chercher lors de mon voyage en Grande Bretagne en 2017.

Pendant une année, j’ai pu découvrir différentes façons de penser et de consommer à l’échelle individuelle et collective. Cela m’a rapidement remis en question. Je me suis demandé quel était mon rôle dans l’écologie et ce que je pouvais changer à mon échelle.

J’ai eu l’impression que dans de nombreux pays anglophones, l’écologie avait pris une vraie place dans la vie quotidienne. Le tri sélectif, la diminution de la  consommation de viande et même le véganisme sembles intégrés dans les moeurs.

J’ai pris conscience que c’était de la responsabilité de chacun et j’ai commencé par réduire ma consommation de viande autant que je le pouvais. Seulement, très vite, l’envie d’aller plus loin est venue à moi.

Le partage de mes convictions écologiques à ma famille

À mon retour à Lunel, ces sujets sont vite arrivés sur la table lors de nos nombreux repas non-végétariens.

Nous avons donc discuté de mes convictions et du cheminement par lequel j’étais passé. La problématique du tri a vite été communément admise. En revanche, l’idéologie autour du végétarisme et du veganisme a été moins bien accueillie. Et c’est tout à fait normal au début. On parle ici de longues années d’habitudes, de confort et de culture culinaire. Ce qui nourrit le changement et l’effort à l’échelle individuelle, c’est de voir et comprendre la big picture.

Dans les faits, aujourd’hui tous le monde est d’accord avec l’idée qu’il faut faire quelque chose pour sauver la planète et lutter contre le réchauffement climatique. Par contre, lors qu’il s’agit de s’assoir, réfléchir et prendre des actions concrètes qui changent nos habitudes (donc qui nous coûtent), il n’y a plus personne !
En fait, si le processus est pénible ou désavantageux dans l’immédiat, on est de suite moins motivés.

Pour vraiment commencer, il faut se regarder honnêtement dans le miroir, méditer et laisser la réalité nous renvoyer notre reflet. Sans une prise de conscience individuelle, c’est plus difficile de visualiser sa partition à jouer dans la transition écologique.

De notre famille à notre entreprise

Parfois ce qu’il faut pour ce lancer, c’est le premier pas, la première décision. C’est souvent comme ça que les changements importants ont eu lieu sur cette planète.

C’est pourquoi j’ai eu à coeur que notre établissement Sacré Cœur de Ville s’engage dans une transition écologique.
Cela commence par des réflexions sur quoi changer le fonctionnement quotidien d’un appart-hôtel. Ajustement des habitudes mais aussi une nouvelle manière de considérer nos investissements (dans le matériel, les produits d’entretien, etc.).

Présentation du label la Clef Verte

L’écolabel la Clef Verte est le premier label environnemental international qui encourage les vacanciers ou les professionnels en déplacement à adopter un tourisme durable pour les établissements touristiques et la restauration.

Les établissements labellisés sont tous engagés dans une démarche environnementale performante avec pour objectif d’évoluer en permanence vers les meilleures pratiques recommandées par l’ecolabel Clef Verte.

L’équipe organisatrice du label Clef Verte est présente auprès des acteurs de l’industrie touristique pour les accompagner, échanger des bonnes pratiques et les conseiller, afin de permettre le développement en France d’un tourisme durable, écologiquement vertueux et socialement responsable.

Comment on y arrive?

Pour notre établissement, cela commence par des petits gestes quotidiens plus respectueux de notre environnement 
Pour nous donner un cadre et des objectifs mesurables, nous avons candidaté pour l’obtention de cet écolabel.
Notre premier pas: utiliser des produits d’entretien plus ecofriendly friendly!

Pour en savoir plus sur nos engagements, venez lire également notre page de présentation du Label La Clef Verte.

Tout ça pour vous dire

Pour nous, l’enjeu est de proposer un service et une expérience d’appart-hôtel toujours plus agréable et personalisée tout en étant responsable et respectueuse de notre environnement. 

Pour y arriver nous nous sommes lancés le défi d’obtenir l’écolabel la « Clef Verte » qui sera notre curseur pour évaluer notre progression dans cette transition écologique.

Nous vous avions parlé de notre investissement dans de nouveaux produits d’entretien il y a quelques semaines lors d’une  publication instagram sur le sujet.

Je suis fière que toute la famille se lance dans ce projet ambitieux, même si cela commence par des petits pas. Je crois qu’il ne faut jamais sous-estimer les petits commencements.

Pour nous suivre dans cette aventure de famille, suivez nous sur instagram @sacrecoeurdeville et rejoigner notre communauté sur Facebook

Suite au prochain article,

Salut !

Benjamin

Benjamin vient de terminer son DUT en Gestion et Administration des Entreprises, à GAP. Bientôt diplômé, il envisage de se rapprocher de Montpellier pour s’investir un peu plus dans la gestion au quotidien de « Sacré Coeur de Ville » et dans sa paroisse protestante locale.

Il est passionné par les questions écologiques et les échanges relationnels profonds. Il est ainsi la conscience écologique de l’entreprise familiale mais également le gérant de « Sacré Coeur de Ville ».

Location à Lunel

Vous souhaitez en savoir plus sur les locations d'appartements en Petite Camargue

Découvrir